Gilles : 0497 572 741 ou Charles : 0473 976 179

Grèves pour le climat : Changer le système, pas le climat !

Charles Ruiz April 09, 2019

Grèves pour le climat : Greta Thunberg demande un « changement de système, pas un changement de climat » voici à quoi ça pourrait ressembler

Par Sheila M. Cannon, Trinity College Dublin for The Conversation    (from pressenza )

Greta Thunberg, la militante suédoise pour le climat de 16 ans, en appelle à un changement de système. Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, elle a dit à la Commission Européenne que pour combattre le changement climatique, nous devons changer nos systèmes économiques et politiques – un message qui a été répété dans les pancartes et les chants lors des grèves estudiantines pour le climat, partout dans le monde.

Les grèves scolaires pour le climat, qu’elle a commencées seule en août 2018, sont devenues un mouvement social avec 1.659 grèves planifiées pour le 15 mars dans 105 pays.

Mais qu’est-ce qu’un changement de système ? Comment modifier des systèmes entiers ? Quand nous voyons des initiatives pour « sauver la planète », cela ressemble souvent à des décisions individuelles qui ne coûtent pas cher, comme acheter une brosse à dents en bambou ou laver les emballages avant le recyclage. Faites ça, mais ne le confondez pas avec un changement de système.

Les souffrances du plus grand nombre paient le luxe du plus petit nombre.

« Si des solutions dans ce système sont si difficiles à trouver, alors nous devons peut-être changer le système lui-même. » – Greta Thunberg lors de la conférence COP24 pour le climat en Pologne.

La plupart des gens ne savent pas comment on pourrait changer les systèmes politiques, économiques et sociaux. Ils finissent toujours par adopter, au lieu de cela, des mesures symboliques qui peuvent même perpétuer le problème. Se pose aussi la question de comment l’on peut renverser de puissants intérêts qui bénéficient du système actuel. Mais certaines recherches permettent de comprendre le changement de système.

La théorie néo-institutionnelle est une approche de compréhension des motifs et moyens d’organisation collective des gens. Les gens créent du sens, suivent des règles et reproduisent des structures – comme des salles de classe, des commerces, des bureaux et des hôtels de ville – en se fondant sur la supposition que c’est ce qu’il faut faire. Les salles de classe se ressemblent, pas parce qu’à chaque fois qu’il faut en construire une nous réfléchissons à la manière rationnelle de le faire, mais parce que nous présumons de ce qu’une salle de classe est supposée être.

Comme nous sommes membres de ces structures de signification, nous reproduisons les normes et croyances existantes et nous résistons au changement. Un changement de système se produit quand nous n’acceptons plus nos suppositions telles qu’elles sont, ce qui permet à un nombre de plus en plus grand de personnes de critiquer le status quo.

Balayer l’horizon

Thunberg nous dit que nos systèmes économiques et politiques ne conviennent plus. Elle montre que l’empereur est nu.

Modifier un système prend du temps. Ma recherche sur le mouvement LGBT en Irlande se réfère à des efforts et réalisations durant 40 ans. L’homosexualité est passée du statut d’acte criminel à la reconnaissance d’un mouvement progressiste. Bien que le référendum sur l’égalité de mariage n’a pris qu’une journée en 2015, les efforts de nombreuses personnes pour changer le système ont duré des décennies.

Le schéma des trois horizons peut aider à expliquer les différents facteurs déterminants d’un changement de système. Le premier horizon c’est la vie comme d’habitude – le status quo – et l’institution en temps de changement. L’horizon trois est la nouvelle institution – avec de nouvelles structures et croyances légitimées. L’espace entre les deux est l’horizon deux, qui est occupé par les gens qui se concentrent sur le changement social – qui dirigent la transition d’un ancien système vers le nouveau..

La plupart des gens reconnaissent les problèmes existants avec le système actuel et veulent aider la société à se diriger vers quelque chose de plus durable. Des produits comme les brosses à dents en bambou existent et monétisent ce souci, mais comme ils sont emballés dans du plastique et transportés autour du monde, leur production et leur distribution consomme des carburants fossiles et ne fait rien pour modifier le système économique et politique qui alimente la modification climatique. Un changement collectif des élites politiques et économiques sera plus efficace pour contraindre à cette transition.

Lorsque des aspects de l’horizon trois apparaissent – des coups d’œil sur un système plus durable – ils sont habituellement rejetés comme illégitimes ou trop radicaux. Quand Rosa Parks s’est assise à l’avant d’un bus pour défendre les droits civils en Amérique en 1955, elle a été condamnée. Une rétrospective après le changement fait apparaître ces gens comme des guides.

La fin du capitalisme ?

Le système qui doit être changé pour éviter le désastre climatique est le capitalisme, qui perd sa légitimité en grande partie en raison de l’échec du système à répondre efficacement au changement climatique.

Mettant en application ce que j’ai appris sur la manière dont les systèmes changent, il est possible d’imaginer que le système actuel, qui soutient le « capitalisme sans rien y changer » – horizon un dans le schéma – soit occupé par ceux qui continuent à produire, vendre et consommer des biens et services dépendant des carburants fossiles. Il s’agit de la plupart d’entre nous, mais l’horizon un est entretenu par les climatosceptiques et ceux qui investissent dans l’énergie fossile, ceux qui malgré les preuves scientifiques continuent de traîner en route.

Un système plus durable peut comprendre des politiques que nous pourrions actuellement trouver « extrêmes », comme le revenu universel de base. Il s’agit d’un revenu garanti pour toutes les personnes sans avoir égard à leur fortune, qui pourrait aider à rompre le cycle de production et consommation qui pollue l’atmosphère et remplit l’océan de déchets plastiques. Des indices suggèrent qu’il existe un soutien grandissant pour cela, en particulier parmi les jeunes.

L’extension des droits de l’homme à des non humains et même à des écosystèmes est une autre idée qui semble radicale à l’heure actuelle mais qui gagne des adhérents et pourrait définir dans le futur un autre système. Une chose est sûre, un jour nous regarderons avec horreur comment les humains traitaient la nature, comme beaucoup le font déjà actuellement.

Si les grévistes du climat peuvent continuer à faire grandir leur mouvement et maintenir sa dynamique, leur influence pourrait constituer une partie importante de la transition de la société vers un système plus durable à l’horizon trois.

Le capitalisme peut sembler permanent, mais la recherche démontre que les systèmes changent inévitablement au fil du temps et sont en fin de compte créés et renforcés par nous tous. Mais pour changer quoi que ce soit, les gens doivent d’abord s’interroger sur leur propre rôle dans le système.


Cliquer ici pour obtenir notre newsletter sur l’action pour le climat. Le changement climatique est inévitable. Notre réaction à cela ne l’est pas.

Sheila M. Cannon, Professeur assistant d’entreprenariat social, Trinity College Dublin

Cet article est publié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lisez l’article original.

Share This

Ni pardon, ni oubli

Charles June 27, 2019

De l’effet démonstratif à la révolution ?

Parti Humaniste Belgique April 20, 2019